Sign in / Join

Quelles sont les conditions pour faire un licenciement economique ?

Licenciement : quelles précautions devriez-vous prendre ? Le congédiement d'un employé implique le respect de procédures et de règles spécifiques Chaque détail d'une telle approche est important. Le fait d'omettre ces détails serait une cause de préjudice pour l'employé, synonyme de perte financière et de perte de temps. L'employeur, quant à lui, serait passible de diverses sanctions. Des précautions doivent être prises pour éviter les pièges. Parmi ces précautions figure la distinction à faire entre les différents motifs justifiant la procédure de licenciement. Il est également nécessaire de bien connaître vos droits et devoirs en tant qu'employeur et de ne pas ignorer ceux des employés.

Quelles sont les raisons du congédiation d'un employé ?

Il existe deux motifs de congédiation d'un salarié : la raison personnelle et la raison économique.

A découvrir également : Comment calculer le montant des charges variables ?

congédiation d'un employé pour des raisons personnelles est l'une de ses actions. Dans ce cas, un employé est licencié pour des actes qui lui sont imputables. Ces actes ont été commis le locaux et pendant les heures de travail. Si l'employé est licencié pour faute, il s'agit dans ce cas d'un licenciement disciplinaire. La faute est liée à la violation des obligations exigées par le contrat de travail. Toutefois, il faut s'assurer que la faute commise est suffisamment grave et résulte d'un comportement volontaire pour entraîner la résiliation du contrat de travail. Ainsi, un salarié qui insulte par erreur son employeur ne peut pas être licencié. Il est important de noter qu'un acte remontant à plus de deux mois ne peut pas faire l'objet d'une rupture de contrat Le . En ce qui concerne l'indemnisation, il convient de noter que certaines fautes graves peuvent exempter l'employeur de les payer.

Le motif économique, en revanche, n'est pas inhérent à la personne de l'employé. Congédier un ou plusieurs employés pour des raisons économiques peut résulter d'une transformation ou d'une suppression d'emploi. Cela peut également se produire lors d'un changement ou la suppression d'un élément essentiel du contrat de travail. Ce type de rupture de contrat est dû aux difficultés économiques rencontrées par l'entreprise, aux réorganisations internes, aux changements technologiques ou à la cessation d'activité de l'entreprise.

A voir aussi : Peut-on utiliser légalement le CBD dans le sport sans contrainte ?

Il est impératif que les difficultés économiques soient suffisamment importantes, telles que des difficultés de trésorerie ou même une réhabilitation judiciaire. Il convient également de noter que l'employeur a une obligation de reclassification à l'égard du salarié à licencier. Dans le cas où plusieurs employés sont impliqués, il est impératif que l'employeur consulte les représentants des employés. Il peut également être chargé d'élaborer un plan de sauvegarde de l'emploi ou un PSE.

Quelles sont les règles à suivre

Que le motif de résiliation du contrat de travail soit économique ou personnel, il doit avoir une cause sérieuse et réelle. La fin de la relation de travail doit donc être fondée sur un véritable raison, qui peut être vérifiée et de nature objective. Elle ne doit pas être motivée par le jugement personnel de l'employeur ou par des préjugés infondés.

En revanche, la raison doit également être suffisamment grave pour justifier le licenciement du salarié et ne plus lui permettre de travailler dans l'entreprise. Ainsi, certains retards minimaux du salarié, de l'ordre de 4 retards sur 11 mois, ne peuvent en aucun cas constituer un motif de licenciement.

Enfin, la raison de la rupture d'un contrat de travail doit être légale et ne pas être fondée sur un motif discriminatoire. Ainsi, l'appartenance à une race, à une origine ethnique, à une opinion politique ou à une religion, ainsi qu'à un sexe, ne peut être considérée comme un motif de licenciement d'un salarié. En outre, l'employeur n'a en aucun cas le droit de violer les droits d'un employé en l'empêchant de faire grève ou d'être licencié.

Il est important de noter qu'un employeur qui rompt le contrat de travail d'un employé sans la cause réelle est passible de sanctions. Ces sanctions sont prévues par la loi.

Quelles sont les procédures à suivre ?

Avant de parvenir à la résiliation définitive du contrat de travail, il y a quatre étapes à suivre scrupuleusement.

  • Étape 1 : convocation à l'entretien

Avant toute forme de résiliation d'un contrat de travail, l'employeur doit convoquer le salarié concerné à un entretien préliminaire. La convocation sera faite par lettre recommandée avec accusé de réception ou par lettre remise en main propre à l'employé contre signature. La lettre d'invitation en question contient le sujet, la date, l'heure et le lieu de l'entretien, et enfin l'offre de possibilité pour le salarié d'être accompagné et assisté par un conseiller, un collègue ou un représentant du personnel. Nous devons lui donner une liste de conseillers qu'il peut accepter. L'employé doit recevoir la lettre d'invitation 5 jours ouvrables avant l'entretien. Ce délai doit être scrupuleusement respecté, faute de quoi la procédure peut être annulée et entraîner le versement d'une somme égale à un mois de salaire en cas de condamnation pour travail.

  • Étape 2 : la maintenance réelle

Le but de l'entretien est de permettre à l'employeur d'expliquer ses griefs contre l'employé pour des raisons personnelles. Pour l'employé, l'entretien est l'occasion de se défendre. Selon le déroulement de l'entretien, cela peut entraîner une simple sanction ou une panne conventionnelle.

  • Étape 3 : Envoi de la lettre de résiliation du contrat de travail

Les délais d'envoi de cette lettre de résiliation sont fixés en fonction des raisons de la résiliation. Dans le cas d'une raison personnelle, il faut compter 2 jours après l'entretien pour envoyer la lettre. Pour des raisons économiques, 7 jours ouvrables sont nécessaires. Un maximum d'un mois est requis pour faute grave. La lettre doit contenir la (les) raison (s) ayant mené (s) à la résiliation du contrat de travail, le cas échéant, le délai de préavis. En cas de faute grave, le droit de préavis est annulé. Dans le cas d'une raison économique, la lettre doit contenir les raisons économiques qui ont conduit l'entreprise à licencier le salarié. Il doit également aborder les conséquences de ces raisons sur l'emploi du salarié. Enfin, le contrat de sécurité professionnelle avec priorité de réemploi doit être mentionné dans la lettre.

  • Étape 4 : le conseil des Prud'hommes

Elle est la seule entité compétente pour connaître des litiges et des difficultés résultant d'une violation d'un contrat de travail. Il est important de noter que les conseillers prud'homaux ne sont pas des professionnels du droit. Ils sont représentants des employés et des employeurs et sont élus pour 5 ans. Le rôle de ce conseil est de statuer sur le bien-fondé du motif de la violation un contrat de travail. De cette façon, il vérifie si le schéma est réel et sérieux . Dans le cas où il ne l'est pas, il peut demander la réintégration du salarié.

S'il n'y a pas de réintégration puisque l'employé et l'employeur s'y opposent, l'employeur doit verser une indemnité au salarié licencié. Il doit également payer des dommages-intérêts pour préjudice moral. Enfin, il doit rembourser les allocations de chômage perçues par le salarié. Le tribunal du travail contrôle également le respect de toutes les procédures à suivre. L'employeur qui ne suit pas ces procédures doit verser une indemnité pour irrégularité.

Quelles sont les erreurs à éviter ?

Avant tout, il est important de vérifier les dispositions de la convention collective applicable. En effet, cet accord peut limiter les possibilités de résiliation d'un contrat de travail. Vous devez également savoir que ses dispositions s'appliquent avant les dispositions légales si elles sont favorables à la employé.

Il faut également être très vigilant lors de la rédaction de la lettre de rupture de contrat de travail , car c'est elle qui fixe les limites du litige. Cette lettre doit être précise et factuelle. Les arguments qui y sont mentionnés sont les seuls sur lesquels l'employeur peut s'appuyer pour justifier la rupture du contrat.